Le crowdfunding immobilier de plus en plus populaire

immeuble neuf

Immobilier et crowdfunding : une voie inédite à explorer pour les investisseurs. C’est ainsi que notre bonne vieille brique évolue pour devenir un produit à la portée de tout le monde, avec un droit de participation souvent de 1 000 euros minimum et une durée de placement de 21 mois en moyenne.

Il repose sur des mécanismes qui sont si ce n’est compliqué, du moins contre-intuitifs, en tout cas pour les personnes qui sont habituées à aborder les placements immobiliers au sens classique du terme. Dans le présent article, nous allons vous expliquer le principe du crowdfunding immobilier, ainsi que les opportunités et les quelques risques qu’il comporte.

A voir aussi : Comment choisir son poêle à bois ?

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier ?

En résumé, on peut dire tout simplement et rapidement que ceci est ni plus ni moins que le crowdfunding adapté à l’investissement immobilier. Dans sa plus simple définition, le financement participatif immobilier consiste à regrouper les fonds de plusieurs investisseurs pour investir dans des propriétés ou des projets plus grands que ce que ces derniers seraient en mesure de financer ou de gérer seuls.

Pour rappel, le crowdfunding est une méthode d’investissement qui consiste pour un individu ou une entreprise de financer un projet auprès d’un groupe d’individus, indistinctement et sans aucune intermédiation (ou alors avec un minimum d’intermédiation). Sans être exclusivement de nature numérique, le financement participatif a trouvé son environnement idéal sur le web, particulièrement quand il est encadré par des plateformes destinées à rassembler l’offre et la demande.

A lire en complément : Fabriquer un grand luminaire pour éclairer sa table à manger

Les différents types de crowdfunding immobilier

Dans le cadre du crowdfunding immobilier, vous avez le choix entre :

Crowdfunding pour l’achat d’une propriété à louer : Il est possible de réaliser un investissement direct avec d’autres personnes dans un projet et de toucher un revenu passif une fois le projet terminé, comme c’est le cas lorsque vous investissez dans un bien locatif. A noter que les loyers sont susceptibles de fluctuer en fonction de l’évolution du marché.

Soutenir le financement d’un bien à vendre : pour tirer un profit unique, le mieux serait de placer son argent dans un bien immobilier qui sera mis en vente une fois achevé ou complètement acquis. Les projets immobiliers offrent généralement de meilleurs rendements, car les marges bénéficiaires sont plus élevées. Acquérir un bien existant implique parfois des travaux d’amélioration et de rénovation, faute de quoi les marges peuvent être trop faibles pour être rentables.

Financement d’un prêt par le biais de la collecte de fonds : enfin, il est possible d’investir dans le financement d’un prêt en faveur du projet pour quelqu’un d’autre. Cette formule offre en général de bons rendements, une attente plus courte pour récolter des bénéfices ainsi qu’un moindre risque, à condition que le prêt soit garanti par une hypothèque immobilière. En revanche, si vous ne réinvestissez pas et ne constituez pas un portefeuille, les bénéfices ne sont pas pérennes.

Le financement participatif constitue un moyen efficace de réaliser des investissements immobiliers à moindre risque, même avec des capitaux modestes. Si vous choisissez une plateforme reconnue, qui a fait ses preuves et présente une certaine assurance ou une certaine sécurité, vous récolterez sans doute davantage de bénéfices que par la voie des investissements classiques. C’est pour cela que cette forme d’investissement a connu un bondissement considérable auprès des investisseurs.

ARTICLES LIÉS